Menace et priorité de conservation

Malgré sa raréfaction, l’anguille reste source d’activités économiques et d’une surpêche du stade civelle. Sa vulnérabilité tient aussi à la migration de dévalaison qui peut être mortel (turbines hydroélectriques). L’espèce est de plus particulièrement sujette à la bio-accumulation de polluants présents dans l’eau et les sédiments ce qui, comme l’infestation de la vessie natatoire par un vers (Anguilicolla crassus), impacterait son adaptation marine et sa reproduction. Enfin, la modification de la courantologie marine pourrait également compromettre son cycle biologique.

Face à tous ces facteurs, un règlement européen pris en 2007 impose aux pays de l’Union des mesures de connaissance, de protection et de restauration. Le plan de gestion français vise toutes les causes de régression mais la durée de vie de l’espèce et sa complexité nécessiteront de la patience pour l’obtention de résultats tangibles.

zone-prio-anguille