Esturgeon

Nom latin : « Acipenser sturio »

sans-titre-1

Description

L’esturgeon a un rostre conique (trompe) portant sur la surface ventrale quatre barbillons et une bouche protactile. Son squelette est peu ossifié par contre son épiderme est très résistant et muni de cinq rangées longitudinales d’écussons osseux. D’une grande longévité, l’esturgeon « Acipenser sturio » peut vivre une centaine d’années et mesurer de 3 à 5 m pour un poids de 250 kg.

Biologie

La maturité sexuelle des esturgeons est tardive, ils commencent à se repoduire vers 14-15 ans pour les mâles et 20-22 ans pour les femelles. Pour effectuer cette reproduction, les adultes reviennent de mer de mars à fin juin et recherchent les fosses profondes des cours d’eau. Après la reproduction (septembre), les géniteurs rejoignent la mer. Suite à l’éclosion, les larves s’enfouissent puis les juvéniles rejoignent l’estuaire avant la fin du printemps. Ils y resteront de 4 mois à 2 ans en faisant quelques incursions en mer (Mouvée de St Jean) puis rejoindront la mer plus longtemps jusqu’à leur maturité.

Remarque

Les phénomènes migratoires et les différents stades juvéniles de l’espèce notamment en fleuve sont encore peu connus du fait de sa raréfaction. Au début du siècle, l’esturgeon était répandu dans toutes les mers et tous les grands fleuves d’Europe (y compris le Rhin). Actuellement, on ne le trouve plus que dans le Rioni, qui se jette dans la mer Noire, et dans le bassin Garonne-Dordogne où les effectfs sont très faibles.