Evaluation de la continuité écologique

Les poissons grands migrateurs étant amenés à parcourir de grandes distances afin de réaliser leur cycle de vie partagé entre rivière et mer, la restauration et/ou la préservation de la continuité écologique, c’est-à-dire la libre-circulation des populations dans leur milieu, est primordiale. Pour ce faire, l’association Saumon Rhin effectue des évaluations de la franchissabilité des ouvrages hydrauliques présents sur les rivières à intérêt migrateurs. Les seuils anciens ne présentant plus aucun intérêt sont arasés tandis que les autres sont équipés de passes à poissons. Ces dispositifs de contournement sont ensuite étudiés afin d’évaluer leur efficacité pour l’ensembles des espèces ciblées. Cependant, les phénomènes météorologiques sont susceptibles d’amener des embâcles au sein de l’ouvrage et donc de le rendre ponctuellement inefficace. Un entretien régulier est donc crucial au bon fonctionnement des passes à poissons. Le suivi des ouvrages est effectué par l’association sur les axes à intérêt majeur que sont l’Ill et la Bruche.


Diagnostic de la franchissabilité des ouvrages

Pour évaluer la franchissabilité d’un ouvrage, il existe plusieurs méthodes.

Concernant les grands salmonidés migrateurs, l’association Saumon-Rhin utilise une grille d’expertise, classant les obstacles en trois catégories ; Franchissable (F), Plus ou Moins Franchissable (PMF) et Infranchissable (IF). Plusieurs critères sont pris en compte lors de l’observation ; l’espèce avec ses capacités de nage et de saut, la hauteur de chute, la physionomie de la chute, présence/absence d’une fosse d’appel, attrait…

La carte du bassin Ill-Rhin est disponible sur notre site :

Il est important de noter que la classification IF ne signifie pas que le seuil est infranchissable 100% du temps, il peut exister des situations où une part de la population trouve un moyen de passer selon les conditions. De la même manière pour un seuil classé F, il ne le sera pas à 100% car il y a toujours une part de la population qui ne trouve pas la voie à emprunter.

Pour l’anguille en revanche, c’est la méthode Steinbach qui est utilisée, notant les seuils de 0 à 5, c’est-à-dire du stade obstacle arasé/ruiné continuellement franchissable au stade exclusivement infranchissable. Les critères pris en compte sont la hauteur de chute et sa pente, la rugosité de l’ouvrage, le pendage latéral, l’existence de voies annexes…

La carte du bassin Ill-Rhin est disponible sur notre site :


Suivi de l’entretien des passes à poissons

Le suivi de l’entretien des passes à poissons est effectué en fonction des périodes de migration du saumon atlantique, soit deux fois par an. La majeure partie des migrations rhénanes se déroulant au printemps, un premier passage est fait sur les ouvrages de l’Ill et de la Bruche. Ce suivi permet d’anticiper l’arrivée des grands salmonidés migrateurs mais elle bénéficie également aux autres grands migrateurs tels que l’anguille européenne ou encore la lamproie marine par exemple ainsi qu’aux cyprinidés dont la migration est principalement printanière. A propos de l’anguille, des dispositifs nommés passes à brosses, lui sont spécifiquement dédiée, lui permettant de franchir les ouvrages par reptation.

Un suivi automnale est également assuré pour la seconde vague de migration du saumon, juste avant la reproduction, afin d’optimiser l’accès aux habitats en amont.

Le but de l’action est de montrer aux gestionnaires des ouvrages l’importance du maintien de la continuité et les retours sont très positifs car on observe un meilleur état global des passes à poissons.


Il arrive parfois de tomber sur des spectacles inattendus tels que cet adulte de saumon cherchant un passage à l’aval d’un ouvrage.